course à pied running

Données physiologiques en course à pied

Synthèse des principaux paramètres à prendre en compte lors de l'élaboration du contenu des séances d'entrainement en course à pied

entrainement course à pied

Les filières énergétiques

Pour fonctionner, les muscles ont besoins d’énergie. Pour fournir l’énergie nécessaire à la contraction musculaire, le coureur utilise deux types filières: la filière aérobie (avec apport d’O2) et la filière anaérobie (sans apport d’O2). Dans les courses de durée, l’énergie provient essentiellement de la filière aérobie. La filière à développer en priorité, chez le coureur de fond, est la filière aérobie.

Le carburant musculaire

Dans la filière aérobie, l’énergie est fournit à partir d’oxygène et de carburant. Ce carburant musculaire est apporté par les nutriments:les glucides,les lipides, les protéines. Les nutriments sont transformés par l’organisme avant d’être utilisable par les muscles. Les nutriments les plus accessibles sont les glucides, transformés en glycogène.

L’utilisation du glycogène permet d’aller vite et l’utilisation des lipides permet de durer longtemps. Sur des efforts de longues durées, il faut apporter du sucre à l’organisme pour économiser les réserves de glycogène, mais aussi permettre la dégradation des lipides en carburant musculaire. Par des procédés d’entraînement adaptés , la capacité de stockage du glycogène musculaire et hépatique(foie) peut être améliorée, ainsi que la capacité de l’organisme à aller se servir en priorité tout dans le stock de lipides(Ménageant ainsi les réserves en glycogène).

Pour maigrir, il faut courir lentement. En cas de maigreur extrême, le coureur arrive dans une situation aberrante: être obliger de dégrader ses propres muscles pour pouvoir les faire fonctionner.

L’oxygène (O2)

L’O2 passe dans le sang au niveau des poumons. Au niveau des poumons, le sang s’enrichit en O2 et se débarrasse du CO2. Pour être amener aux muscles, l’O2 utilise un transporteur: l’hémoglobine. Il se fixe dessus et se libère dans les zones déficitaires en O2. Pour être amené au plus près de la cellule il doit emprunte un réseau de vaisseaux très fins (les capillaires). Plus ce réseau est développé et plus la quantité d’O2 arrivant aux cellules est grande. L’entraînement améliore le développement du réseau de capillaires et la qualité des échanges gazeux entre les poumons et le sang.

La fréquence cardiaque (FC)

Pour augmenter la quantité d’O2 apporté vers les muscles, il faut augmenter la FC. La FC ne peut augmenter indéfiniment. Une fois la FC max atteinte la quantité d’O2 apportée aux muscles n’augmente plus.L’entraînement améliore les performances du cœur. Son volume intérieur augmente ainsi que la force avec laquelle il se contracte. A chaque contraction, la quantité de sang (donc d’O2) amenée vers les muscles est plus grande. La FC est représentative du niveau de sollicitation du système aérobie. Pour l’entraînement, la FC max est un repère très utile. Dans le descriptif d’une séance, les intensités peuvent être indiquées en % de FC max.

Bibliographie

Courir en harmonie - Cyrille Gindre, édition Volodalen, 2005
Physiologie et méthodologie de l'entrainement - Véronique Billat, édition De Boek, 2nd édition, 2003

OVERSTIM.s – La nutrition sportive à hautes performances

Gilles Dorval

Article écrit par Gilles Dorval
Créateur du site Conseils-courseapied.com
Entraîneur course hors stade 3eme degré FFA
Gillesdorval.com
Sur Youtube
Sur Facebook

Commentaires (0)

There are no comments posted here yet

Ajouter votre commentaire

Posting comment as a guest. Sign up or login to your account.
Pièces jointes (0 / 3)
Share Your Location
Saisir le texte présenté dans l'image ci-dessous.

OVERSTIM.s – La nutrition sportive à hautes performances

Nos partenaires

Boutique marathon

OVERSTIM.s – La nutrition sportive à hautes performances

Magazine Zatopek

solde running

OVERSTIM.s – La nutrition sportive à hautes performances

Votre Coaching Pro

Courir360

Courir360

partager

Migration Joomla effectuée par HOB France Services