Boutique Marathon - votre spécialiste running

[gyom193] Marathon de La Rochelle - CR p.259 -

  • Messages : 2312
  • Remerciements reçus 61

gyom193 a répondu au sujet : Re: [gyom193] Mon premier trail: EcoTrail 50km...

Allez, ça fait quelques jours maintenant que c'est fini, il va falloir s'atteler au CR.
Les douleurs sont parties et ont laissé la place à une graaaaande satisfaction; je suis un peu sur un petit nuage!
L'effet des endorphines peut durer aussi longtemps vous pensez? ;)
Ne vois inquiétez pas, je vais vous mettre des photos, pour ceux qui n'auront pas le courage de tout lire! :laugh:

Résumé des épisodes précédents:
Je devais théoriquement préparer le marathon de Milan (7 avril), mais mon acolyte Fabrice m'a malheureusement laissé tomber pour des raisons personnelles et professionnelles (pas de bol, le pauvre).
Me voilà donc le 31 décembre sans objectif 2013 après seulement 2 semaines de plan marathon! (car ps beaucoup de fun de se taper tout seul un marathon à l'étranger).
Je passe une ou deux soirées à chercher après quoi courir, et je me retrouve donc inscrit pour l'Ecotrail 50km, qui me permettra de m'initier à la fois au trail et aux distances supérieures au marathon...
Let's go!


La prépa:
Elle se passera globalement sans accroc, si ce n'est les 10 jours de vacances dans l'océan indien en semaine 3 et 4.
Ce plan (basé sur le plan trail 11 semaines du site) a été quand même sacrément plus dense que ce que j'avais fait jusqu'à présent, puisque non seulement je suis passé de 3 à 4 séances, mais en plus les temps de travail sont plus importants pour un trail de cette longueur que pour un 10k ou même un marathon. Et à certains moments, j'ai senti la fatigue.
Mais j'ai toujours fait confiance au savoir-faire de Gilles dasn la construction et la progression des efforts, et j'ai mis l'accent sur mes heures de coucher, pour vraiment privilégier la récup! Eh oui, pendant presque 3 mois je suis passé de 23h30/minuit à 22h/22h30 maxi, et je peux vous dire que j'ai senti les bienfaits des nuits rallongées!
Les détails de cette prépa sont dans mon suivi, mais pour résumer, je me suis senti vraiment "à point" à l'approche de l'épreuve. Mes ratios en EF étaient vraiment rassurants en fin de prépa, avec en plus une allure à 75%K vraiment pas mal (de 20 à 30 secondes plus vite que mon AS42 de mai dernier!!).

Mes objectifs resteront cependant ceux définis en milieu de plan début février, je ne veux surtout pas m'emballer!
Objectif officiel: finir! (Ben oui, je ne sais pas ce que c'est de courir plus de 4h, comment se passera la fin de course?)
Objectif officieux: moins de 7h00 (j'ai regardé les temps de l'an dernier, je voudrais arriver avant les premiers du 80)
Objectif secret: plus près de 6h que de 7...(on ne sait jamais, des fois que je trouve un raccourci... :P )

Après les inévitables périodes de doute de la mi-plan ("j'avance pas", "j'ai pas de jambes", "suis-je fait pour la course à pied" et autres interrogations existentielles que nous connaissons tous... :D ), j'étais bien obligé d'admettre que le chrono parlait, et que même si je ne me sentais pas particulièrement différent de d'habitude, les chiffres semblaient dire que j'étais prêt!
Y'avait plus qu'à... :evil:

Ecotrail de Paris, 50km, 1000D+

Avant:
Ça fait une semaine que je suis super speed... La peur d'oublier quelque chose sans doute...
J'ai fait une liste dans mon portable de toutes les choses qui me passent par la tête, le Comfeel pour les pieds, acheter de l'Isostar, laver le Camelbak, chaussettes de rechange, billet de train, etc. Je relis la liste 50 fois par jour, la modifie, la rallonge... Je suis motivé à bloc, jene veux rien laisser au hasard!
Le W-E précédent, j'ai même été obligé de subir CHEZ MOI une soirée "concours de Mojitos et tapas" avec toute une troupe d'amis! Je ne vous raconte pas le calvaire! Mais j'ai tenu bon quand même (seulement 1 mojito, j'aurais pu faire bien pire! :blush: ).
Ça fait aussi 3 jours que je ne bouffe plus que des pâtes, du riz, du blanc de poulet et des yaourts, tout ça arrosé de Malto, j'en peux plus, je commence à avoir envie d'y être!

Dossard 5279 récupéré le vendredi, je rentre tranquille à la maison, et entame le dernier check-up en préparant méticuleusement mes affaires pour le lendemain.
Tout est fin prêt, même mes muffins au Gatosport pour le petit dèj.
Juste un petit ratage qui m'empêche en dernière minute de partager la pasta avec CED37 vendredi soir à la maison, mais tant pis, ej ferai sa connaissance le lendemain matin, juste avant le départ.
Direction le dodo, pour une nuit étonnamment calme et paisible.
Je sais que je suis prêt, y'a pas de raison que ça foire, tout est under control... B)


Le jour J:
Réveillé comme une fleur à 7h30, je prends mon petit dèj et me prépare tranquillement.
Pansements aux pieds sur les zones à risque, pommade, je relis ma liste pour la douze millième et dernière fois de la semaine, fais un bisou au petit dernier (les 2 grandes dorment encore) et lui promets de lui ramener une belle médaille, puisque, me dit-il "je sais que tu vas gagner papa!". :D
10 petites minutes de voiture, et Madame me droppe à l'entrée du parc du Château de Versailles, il est 9h45, je rejoins l'aire de départ qui commence à se remplir doucement.


Il fait franchement frisquet!
Le sol est encore par endroits recouvert de la neige qui est tombée 4 jours plus tôt, et ça préfigure un terrain vraiemnt gadouilleux...
J'attends Cédric en sirotant un thé brûlant, et en m'abritant sous la tente ou ça discutaille en tous sens, entre les odeurs de camphre et la chaleur animale.
Je croise des dossards italiens, espagnols, néerlandais, l'atmosphère est très détendue bien que polaire. Je claque des dents rien qu'en voyant des mecs en short et manches courtes!
Je remarque même quelques paires de pompes de route! y'en a qui ont sacrément la foi!
Dring! Ced me téléphone, il est en approche, et le voilà quiarrive, accompagné de sa moitié venue l'encourager.
Présentations, clic-clac:

Sont-ils beaux ces deux athlètes prêts à en découdre!
Presque 200kg de barbaque affûtés comme des couteaux à beurre sabres de samouraï!... :woohoo:
On papote un petit quart d'heure, l'aire de départ est bien dense maintenant.
Ça s'excite un peu vers la sono, on se rapproche de l'arche, il est 10h30, ça ne va plus tarder maintenant...


On écoute distraitement les consignes de course en 3 langues (l'accent espagnol du speaker valait à lui seul le détour!)
Ça se serre un peu.
On est 1735 partants.
Ça couine dans la sono, on braille, on applaudit, l'ambiance monte, et...
PAN!!..
C'est parti!

On a juste le temps de se dire à tout à l'heure avec Cédric, on sait qu'on ne fera pas la course ensemble.
Pas loin l'un de l'autre, certainement, mais lui tient vraiment à partir cool, et moi je me sens en forme.
Ça frotte un peu dans les allées du parc! Y'a de la basket au cm²!
Je prends le temps de faire quelques photos, pour les mettre dans mon CR (eh oui, un vrai geek j'vous dit!)

Km 1

Y'a du monde, ilfaut bien un km ou 2 avant d'avoir un peu de place pour se mettre à sa foulée.
Une petite pause vidange de vessie au bout d'à peine 1500m, et je repars.
J'ai déjà perdu Cédric depuis les premier mètres de course.
Je cherche à tout hasard autour de moi pour voir s'il m'a raccroché à la faveur de mon arrêt pipi, mais y'a vraiment trop de monde!
Il est p-ê repassé devant...

Km 2,5

C'est super impressionnant à voir! On est au bout du Grand Canal, y'a des runners étirés sur quasiment tout le tour de l'eau, ça fait vraiment du monde!

On voit le Château de Versailles au fond... (cliquez l'image pour plus grand)

Km 4:
On passe maintenant devant le Petit Trianon.


Ça y est, ej suis dans mon rythme.
De toute façon, le tour du Grand Canal est plat, ça nous sert d'échauffement.
On sort du parc par la Porte de Matelots, et on a enfin droit à nos premières flaques de boue, dans les terrains militaires nivelés au Caterpilar, pour rejoindre le fond de la Pièce d'eau des Suisses:


Au fond, l'Orangerie et l'aile Est du Château.
MAis on n'est pas là pour faire du tourisme, ça fait 3/4 d'heure qu'on est partis, et ça commence à monter.
Je pense à boire régulièrement tous les km, deux bonnes gorgées d'Isostar.
Je ne mangerai ma première portion de barre qu'au km 10, comme prévu.
Je surveille le cardio, j'ai pour objectif de courir ces 50km à 75%K maxi (=148bpm), en m'autorisant à monter à 80%K dans les côtes (=154bpm) sans jamais dépasser 85%K (=160bpm).
Et pour le moment, je suis dans les clous.
Je me mets donc à marcher à 154 bpm, pour stabiliser la FC, qui ne dépassera pas 156 pour ce coup-ci...
Je gère donc assez facilement cette première montée, qui nous mène au Km 10, puis fais de même pour la seconde bosse qui nous fait passer de Buc au plateau de Velizy.
Je ne le sais pas encore, mais ça sera la dernière fois que je regarderai mon cardio!
Car à partir de 2h de course seulement, ça commence à être dur!

Km 15:
Les incessantes alternances de flaques de boue, de mini-côtes, de branches ou de mini-descentes dans des singletracks étroits sont un vrai plaisir, mais me scient les cannes!
Bienvenue dans le monde du trail mon pote! :S
Il fait assez froid, mais ça ne me dérange pas, je suis équipé pile-poil. Je gère les écarts de t° liés aux endroits venteux en enlevant/remettant mon bonnet. C'est vraiment magique le bonnet!
Je regarde ma montre, et m'aperçois avec inquiétude qu'on est à peine à 20km de course!

Km 20:
Je ne comprends pas ce qui se passe!
Mon état de forme se dégrade anormalement vite;
Pourtant je bois correctement, et j'ai mangé régulièrement à 10, 15 et 20k, mais ça ne va pas quand même.
J'ai des envies de vomir, alors que je suis habitué depuis bien longtemps aux substances que j'ingère.
Je n'ai même pas dépassé la distance des SL, où je n'ai pourtant jamais eu de telles sensations...
Je rentre rapidement en mode rouge, et perds beaucoup de lucidité...
Je suis dans le dur!
Et est beaucoup trop tôt, je le sais bien.
De cette partie du parcours, je n'ai que des souvenirs partiels, des flashs.
Je me souviens que je reçois un SMS de ma chérie qui me dit que la balise GPS ne fonctionne pas. J'en suis tout désolé et ne peux rien faire pour elle de là ou je suis.
À la faveur d'une ou l'autre des montées où je marche ( de toute façon, plus personne autour de moi ne court en montée depuis quelque temps maintenant) je trouve la force de poster un message sur mon suivi ( en fait, je me trompe et le poste dans le topic Ecotrail).
Je me tors de crampes au bide.
Je suis obligé de m'arrêter pour me plier en deux sur le bord du chemin.
Je crains d'être obligé d'aller me vider derrière les buissons.
Je repars comme je peux.
Je suis bien obligé de penser à l'abandon! Je ne suis même pas à la moitié de la course et c'est déjà l'enfer!
Je ne sais pas comment je vais faire pour rallier le premier ravito de Chaville au km 28.
Les portions boueuses pompent énormément d'énergie


Je bois de manière désordonnée.
À chaque km qui passe, je ne sais plus si j'ai déjà bu ou si je dois boire...
J'avance un peu mon auto-ravito, et décide de prendre un gel énergétique.
Je les avais précis pour la fin de course, et c'est la mort dans l'âme que je dégoupille un Energix vers le km 23, en me disant que je grolle déjà mes cartouches pour la fin.
Tant pis, advienne que pourra...

Km 25:
Ça n'avance pas...
J'ai l'impression que je n'y arriverai jamais à ce putain de ravito!
Le parcours est splendide dans cette partie je crois, mais je n'en profite pas du tout.
Le gel m'a quand même redonné quelques miettes d'énergie, mais je gère toujours ma course foulée par foulée!
Mètre après mètre, je progresse dans un brouillard total, le cerveau ne fonctionne qu'avec le peu d'oxygène que le corps veut bien lui laisser.
Je me force à boire.
Premières crises de larmes.
Ben oui, je suis comme ça, je pleure dans l'effort.
Sauf que d'habitude, c'est pas du tout avant la mi-course!... :S
Il y a un peu de public dans les bois, on doit être proche d'une route.
Je me souviens confusément d'une blonde qui applaudit, d'une gamine avec une pancarte "allez papa", de gens avec des appareils photo... Je pense de plus en plus à l'abandon...
Km 27, je dois vraiment avoir une sale mine ...
C'est de plus en plsu dur d'avancer
Et puis d'un seul coup, le ravito!

km 28: ravito 1
Je ne l'espérais plus.
Bizarrement, je ne suis ni essoufflé, ni très fatigué.
Mais ça fait près d'une heure maintenant que je suis en galère.
Je me vide d'un trait deux grands verres d eau claire (je n'en n'ai pans pris avec moi), je refais 1 litre d'Isostar pour le camelbak, je marche un peu, prends mon temps, banane, Tuc, je fais 2-3 étirements, mollets, quadriceps.
Je prends quelques secondes pour poster un message sur le forum .
Puis je vois un mec avec un bol de soupe chaude, ça me fait envie!...
Et cet espèce de brouet infâme et trop chaud, au goût indéfinissable me ressuscite littéralement!
J'avale ces vermicelles trop cuits comme si c'était un potage d'Alain Passard!
Je me rends compte qu'il y a de la musique sur le ravito, c'est très sympa. Bonne reprise de "Sex Machine", ils ont la pêche eux!
Je ne me presse pas.
A tout hasard je cherche Ced du regard.
Je réfléchis un instant et réalise que le prochain ravito n'est "que" dans 12 km...
Ça se tente.
Je repars au son de "Jumpin' Jack Flash" et replonge dans le silence et la relative solitude des bois...

Km 30:
Faut avouer que le ravitaillement m'a un peu requinqué, mais ça ne dure pas très longtemps.
J'ai de nouveau les cannes dures, je marche dans toutes les montées, j'ai du mal à boire...
Juste après le ravito, il y a une succession de bosses et de descentes.
On sort du bois de Chaville et on fait un peu de ruelles pour traverser la ville.
Les signaleurs bénévoles sont toujours aussi présents et gentils. Il y en a un nombre impressionnant à chaque passage piéton, à chaque feu rouge, à chaque intersection. Je ne perds jamais une occasion de les remercier.
Des trottoirs, des escaliers, puis un bon raidar pour rattaquer la forêt de Fausses-Reposes.
"Bon courage" nos crie une bénévole. je lui réponds "Le courage c'est d'être ici toute la journée pour nous, merci à vous".
Son immense sourire me réconforte un peu, mais ça ne dure que l'espace d'une foulée...
Et me voilà à nouveau à l'agonie.
On arrive dans le bas de Ville D'Avray, près des étangs, et malgré le replat du chemin au bord de l'eau, je n'en peux plus!
On est au Km 32 seulement, et je suis en train de claquer.
Je marche 10 mètres, tente de recourir, m'arrête aussitôt, remarche, recours 500m.
Et voilà que ça remonte encore.
MAis plus rien ne fonctionne.
Les jambes ne tournent pas, le coeur ne veut même pas monter, j'ai le souffle court...
Je prends mon deuxième et dernier gel en désespoir de cause...
En pleine montée, je poste mon deuxième message en forme de SOS...
La descente est aussi dure que la montée, ça ne va jamais finir...

Km 35:
ET encore une montée!
C'est fini pour moi, je vais marrêter au prochain ravito.
C'est plus possible de continuer comme ça...
Mais ce que je ne sais pas, c'est que c'est la dernière montée...
Et là, alors que je suçotte la fin de mon tube en me trainant lamentablement vers le haut de cette bosse, un gars nous encourage depuis le bord du chemin et nous crie: "Allez, vous entrez dans le Parc de St-Cloud! Ça descend maintenant! 15km et c'est fini! Allez!!"
Mon cerveau (ou ce qu'il en reste ) entre instantanément en ébullition!!
Quoi?? 15km?? :blink:
Donc dans 5 c'est le ravito, et après c'est plat sur les quais??
Putain c'est pas vrai!
Allez, un dernier coup de collier!
Si j'arive à rejoindre le ravito, ça va le faire!
Je mobilise les derniers picogrammes de glucose qui trainent cachés derrière mon dernier globule rouge disponible, et je serre les dents dans les interminables allées du Parc de Saint Cloud, où je me traine au milieu des quelques promeneuses à chien-chien.

Km40: ravito
Eh bien là, je ne sais plus trop ce qui s'est passé.
J'ai bu, ça c'est sûr.
J'ai mangé une banane aussi, et je me suis assis quelques secondes (au final, j'aurai fait mon 40ème km en plus de 20 minutes! J'ai dû comater un peu sur la chaise je crois)
On voit la tour Eiffel dans le lointain.
Je sais qu'il ne reste plus que 10km de plat.
Je sais que les difficultés sont derrière moi.
Je sais qu'il me reste un gel Red Tonic special coups de mou...
Et puis quoi, 10km, c'est grosso-modo une heure...

Je repars pour la dernière ligne droite en gobant mon gel en deux fois.
Le ravito et la perspective de la ligne d'arrivée m'ont un peu rechargé.
JE n'ai toujours pas beaucoup de physique, mais au moins j'ai les idées claires.
La descente vers Sèvres est extrêmement difficile pour les cannes qui se sont refroidies.
MEs rotules grincent si fort que ça fait fuir les girafes (la preuve, c'est que je n'en ai vu aucune!)
J'enquille les km à un difficile 7'/km environ.
Le parcours devient hyper moche.
On passe au milieu des poubelles et des graffitis, entre les bagnoles et les palissades de chantier...

C'est aussi ça l'Ecotrail. :unsure:
Je trouve ça vraiment craignos.
J'ai une pensée pour les dossards étrangers vus ce matin au départ, et me dis que leur fin de course est quand même assez limite point de vue tourisme! Quand même, merde! On n'a que ça à leur offrir??
J'ai presque honte d'être un local...
Certes, on a la Dame de Fer en ligne de mire,

Mais c'est mochissime autour de nous (lckgarfield en parle dans son CR, je suis d'accord avec lui)

La fin des quais ne présente pas de détails particuliers.
C'est longuet.
Je souris intérieurement en tombant sur plein de pancartes d'encouragements scotchées sur les réverbères, à l'intention de quelques kikoureurs.
Issy les Moulineaux.
J'ai mal au genou gauche à hurler.
Parc André Citroën.
LE genou gauche va mieux, mais le droit ne se tend plus et je boite en courant.
Port de Javel.
Je ne boite plus, mais mon pied droit est en compote.
Tout s'enchaine au milieu des promeneurs du samedi après-midi.
Quelques encouragement fusent ici et là.
JE lève une main pour remercier à chaque "Allez Guillaume"
Et à chaque fois le même effet pour moi: les larmes.
Je sais que je suis au bout, du parcours ET du rouleau!
Il ne faudrait pas que ça dure beaucoup plus maintenant...
Pont de Bir Hakeim.
Je ne suis plus que douleur de la tête aux pieds.
Une bénévole nous crie "Allez, plus que 500mètres"
C'est presque incroyable.
Je ne sens plus rien.
Je n'avance plsu.
J'ai le sentiment que la Tour s'éloigne à mesure que je m'e approche, comme dans les cauchemars de gamins.
Et puis d'un coup, du monde!
Un tapis rouge, une Tour Eiffel en ballons, une sono et des gens en coupe-vent bleu.
Je lève les bras dans un dernier effort, j'entends un bip quand je passe au dessus du tapis de chrono!

C'EST FINI!

Je stoppe ma montre.
6:18:25
Je m'écroule sur un banc en pleurant le peu de liquide qui me reste dasn le corpS.
J'ai mal partout, mais I did it!



Oui, mais ça dépend de l'allure à laquelle tu envisages de courir!

Moi, mon objectif, c'est de finir.
Si possible en moins de 7h00 (pour ne pas me faire doubler par els premier du 80km).
Et si c'est plutôt en 6h00, je serai ravi.
Et si c'est en moins de 6h00... c'est qu'il y a une erreur de chrono!! :woohoo:


Mais je discutais à l'instant avec un copain qui court vraiment vite (33' au 10km), et il me dit que j'ai planifié mon année comme un manche, qu'il peut me faire courir en 40' au 10km, et en 3h30 au marathon...
Je lui ai juste rappelé mon poids! :P
#213610

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2312
  • Remerciements reçus 61

gyom193 a répondu au sujet : Re: [gyom193] Mon premier trail: EcoTrail 50km...

Dure dure la SL de 2h20 ce matin, en clôture d'une grosse semaine, puisqu'au total ça me fait 5h55 de travail!

Terrain bien gras, température nulle, et incessant petit grésil gelé dans des rafales de 20 à 30 km/h...

Un vrai bonheur!
:laugh:

J'ai même tenté un bloc de 10' à 85%, mais que j'ai été obligé d'interrompre vu le bord de champ hyper bouillasseux où j'étais arrivé! Tatn mieux, c'était bien assez dur comme ça.
Quasiment pas de D+ au final... Je ne sais pas si c'est bien sérieux en vue d'un trail de 50km... :unsure:
#213983

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3370
  • Remerciements reçus 11

YMCA a répondu au sujet : Re: [gyom193] Mon premier trail: EcoTrail 50km...

gyom193 écrit:

Quasiment pas de D+ au final... Je ne sais pas si c'est bien sérieux en vue d'un trail de 50km... :unsure:

Il faut du D+ mais aussi (et surtout ?) du volume. Ça peut faire dans les 6-7-8h de course. Il faut s'y préparer aussi et ne pas penser qu'au dénivellé. :)
#213988

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2312
  • Remerciements reçus 61

gyom193 a répondu au sujet : Re: [gyom193] Mon premier trail: EcoTrail 50km...

YMCA écrit:

Ça peut faire dans les 6-7-8h de course.

Je sais bien... :huh: Je me projette sur un temps inférieur à 7h00, en espérant que ça sera plus près de 6.
Maintenant, je sais depuis mon marathon qu'on ne peut pas a priori prédire ce que donnera la fin de course...
#214259

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2312
  • Remerciements reçus 61

gyom193 a répondu au sujet : Re: [gyom193] Prépa Ecotrail: Le doute m'habite...

Séance toute moisie ce midi... :(
La SL d'hier de 2h20 dans le froid m'a entamé un peu plus que prévu, et je n'ai pas eu de journée de repos (ces derniers temps je faisais les SL le samedi, repos dimanche, et reprise lundi) .
Pas eu envie de me faire mal...
Alors que curieusement, les jambes n'allaient pas trop mal finalement. Quelques douleurs, mais les foulées s'enchainaient bien...
Mais pas la foi...
J'ai lâchement bâché au bout de quelques minutes. :blush:

Du coup, cette séance plus que ratée ramène à la surface les questions larvées de ces derniers temps...
Ma carcasse va-t-elle tenir le choc?
Comment courir plus de 4h00?
Est-ce que je fais suffisamment de D+ dans ma prépa?
Ne m'y suis-je pas pris trop tardivement pour préparer une telle épreuve?
Qui a tué Laura Palmer?


Je commence à sentir la fatigue due à l'augmentation du volume d'entrainement, j'ai quasiment doublé ma durée hebdomadaire...
Du coup, je repense à ma douleur de pied, à mes abdos, à mes sensations assez moyennes en ce moment...
L'an dernier, en plein coeur de ma prépa marathon, je sentais que mes ratios s'amélioraient petit à petit, c'était pas fulgurant, mais je sentais que j'allais dans le bon sens. Les séances s'enchainaient et devenaient un peu plus facile à mesure que je me rapprochais de l'échéance...
Là, j'ai surtout l'impression d'accumuler de la fatigue, et je ne suis aps certain d'être plus à l'aise qu'il y a un mois...
Je fais confiance au plan, là n'est pas le problème, mais je commence à me demander si je n'ai pas eu les yeux plus gros que le ventre... :unsure:
#214263

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5127
  • Remerciements reçus 5

Knau80 a répondu au sujet : Re: [gyom193] Prépa Ecotrail: Le doute m'habite...

Pour le reste je ne sais pas trop qui te dire car je ne suis pas du tout familiarisé avec ce genre de format de course mais pour un meurtre j'aurai préfère Pamela Rose) forcément, "c'est Émile le tueur" et pour rester dans la référence cinématographique, "oublie que t'es aucune chance, sur un malentendu ça peut marcher" ;)
Tu as encore du temps avec l'éco
#214271

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1990
  • Remerciements reçus 36

CED37 a répondu au sujet : Re: [gyom193] Mon premier trail: EcoTrail 50km...

Ben le but de la prepa et de fair quelques km sur de la fatigue mais faut pas trop en faire non plus. ;)
Perso j'ai tendance a grouper les seances et a me laisser deux ou trois jours de repos.
La semaine derniere j'ai fait PPG mardi;EF1H15 mercredi;EF1H130;jeudi;SL samedi.Et la je reprend par une petite EF donc 2,5 jours de repos environ.
Les SL commencent a etre longues et a ça tu rajoute le denivele donc au moins un jour de repos apres je pense que c'est pas du luxe. ;)
#214300

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 7426
  • Remerciements reçus 113

taek78run a répondu au sujet : Re: [gyom193] Mon premier trail: EcoTrail 50km...

salut
comment se sentir a l'aise avec ce plan alors que c'est un plan trail pour trailer aguerri je pense. il n'existe pas de plan type mon 1er trail enfin si pour le 20km. en te suivant je m'aperçois que le trail est vraiment exigeant pour nous qui venons de la route. pour te rassurer j'ai lu un cr d'un mec qui a un blog, totorunning, il a réussi le 50km alors que ces perf globale me semblent inferieures aux tiennes.
bon courage
#214372

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 7426
  • Remerciements reçus 113

taek78run a répondu au sujet : Re: [gyom193] Mon premier trail: EcoTrail 50km...

salut
comment se sentir a l'aise avec ce plan alors que c'est un plan trail pour trailer aguerri je pense. il n'existe pas de plan type mon 1er trail enfin si pour le 20km. en te suivant je m'aperçois que le trail est vraiment exigeant pour nous qui venons de la route. pour te rassurer j'ai lu un cr d'un mec qui a un blog, totorunning, il a réussi le 50km alors que ces perf globale me semblent inferieures aux tiennes.
bon courage
#214373

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3370
  • Remerciements reçus 11

YMCA a répondu au sujet : Re: [gyom193] Prépa Ecotrail: Le doute m'habite...

gyom193 écrit:

Pas eu envie de me faire mal...pas la foi...
Je commence à sentir la fatigue due à l'augmentation du volume d'entrainement, j'ai quasiment doublé ma durée hebdomadaire...
Du coup, je repense à ma douleur de pied, à mes abdos, à mes sensations assez moyennes en ce moment...
L'an dernier, en plein coeur de ma prépa marathon, je sentais que mes ratios s'amélioraient petit à petit, c'était pas fulgurant, mais je sentais que j'allais dans le bon sens. Les séances s'enchainaient et devenaient un peu plus facile à mesure que je me rapprochais de l'échéance...
Là, j'ai surtout l'impression d'accumuler de la fatigue, et je ne suis aps certain d'être plus à l'aise qu'il y a un mois...
Je fais confiance au plan, là n'est pas le problème, mais je commence à me demander si je n'ai pas eu les yeux plus gros que le ventre... :unsure:

Difficile sur une prépa Trail de ressentir la progression. Sur une prépa marathon tu la mesures au ratio chrono/FC. Pas sur Trail. On a l'impression de bosser sans résultat. C'est moins palpable mais le travail paye.
Pour ce qui est de ta dernière séance, c'est classique (chez moi en tous cas) on n'est pas des machines, on ressent de temps en temps un peu de fatigue, pas d'envie. C'est pas non plus toujours très fun d'aller courir 2h ou plus dans le froid et la pluie.
Il faut t'accrocher. Tu as encore suffisament de temps. Fais une semaine light toutes les 4 semaines pour bien encaisser les semaines de charge. Fais tes SL sur un rythme tranquille pour ne pas générer trop de fatigue et ça va le faire. :)
#214380

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

OVERSTIM.s – La nutrition sportive à hautes performances

Migration Joomla effectuée par HOB France Services