L'endurance fondamentale

Souvent négligée par le coureur à pied, l'endurance fondamentale se révéle pourtant indispensable si le coureur désire continue à progresser dans le temps.

entrainemnt course à pied

A la question ‘’êtes vous encore en endurance fondamental quand vous courez à 80% de votre FCM?’’, beaucoup de coureur répondent par l’affirmatif. Erreur de leur part, pouvant être à l’origine d’une progression ralentie voir même de contre performance ou de blessure.

Certes à cette allure, l’organisme fonctionne sur un équilibre réel mais doit lutter pour éliminer l’acide lactique déjà produit en quantité non négligeable, et se maintenir en aisance respiratoire. Le coureur ne peut plus parler sans faire des pauses pour reprendre son souffle, et termine les séances avec une légère sensation de fatigue. Il ne s’agit plus d’endurance fondamentale mais d’endurance active. Il est important pour le coureur de ne pas confondre ces deux types ‘’d’endurance’’.

En adoptant des allures trop rapides, le coureur ne bénéficie pas des effets positifs et indispensables qu’induit l’endurance fondamentale sur l’organisme.

Principaux effets de l'endurance fondamentale

Voici quelques uns des principaux bénéfices d'un travail sérieux en endurance fondamentale et des effets provoqués au niveau de l'organisme

A - Amélioration de la circulation sanguine avec un développement et une meilleure utilisation du réseau des petits vaisseaux capillaires, augmentant ainsi la quantité d’oxygène dont pourront disposer les cellules musculaires. La cellule musculaire étant le siége des différents processus physiologiques permettant de transformer les aliments en énergie "contractile" . Voir oxygène

B - Transformation des caractéristiques de certaines fibres musculaires dites ’’intermédiaires’’ avec notamment une augmentation du nombre de mitochondries. La mitochondrie étant considérées comme la « centrale énergétique » de la cellule, car c'est là que se déroulent les dernières étapes qui permettent de transformer l'énergie des molécules organiques issues de la digestion (glucose) en énergie directement utilisable par la cellule (ATP).

C - Lors des footings longs en endurance fondamentale, le coureur habitue aussi son organisme à mieux utiliser les réserves de lipides pour fournir l’énergie nécessaire à la contraction musculaire. Ainsi les réserves de glycogène intra-musculaire sont davantage épargnées aux allures modérées et s'épuisent moins rapidement si l'effort se poursuit dans le temps. Tout bénéfice par exemple pour le marathonien, dans l'optique de limiter au maximum les risques d'être confronté au fameux "mur" au delà du 30eme kilométre. Voir le carburant musculaire

D - Augmentation du volume du cœur. Ce qui permet une amélioration du débit cardiaque et donc au final une baisse de la FC pour une intensité d’effort donnée. Voir la fréquence cardiaque

A la lecture de ces differentes données, il est aisé de comprendre pour quelles raisons le coureur commettrait une grave erreur à négliger ce travail en endurance fondamentale. Cette allure pouvant être considérée comme étant les "fondations" de l’entraînement en course de fond . Son volume doit representer au moins 70% de l'horaire hebdomadaire d'entrainement chez le coureur de 10km, semi marathon, marathon, trail.....

Quand le coureur est-il en endurance fondamentale ?

D’un point de vue scientifique le coureur est considéré en endurance fondamentale tant que le taux d’acide lactique dans son sang reste très faible (taux inférieur à 2mmol/litre de sang) (voir les filières énergétiques). Ce taux augmente progressivement avec les allures de courses. Au delà d’un certaine allure, quand le taux d’acide lactique dépasse la limite de 2mmol/l, le coureur sort de l’endurance fondamentale. Beaucoup d’auteurs ou entraîneurs emploient le terme de seuil aérobie pour nommer l’allure de course correspondante. Mis à part l’utilisation de tests en laboratoire, il est très difficile de la mesurer précisément.

En règle générale, le coureur est en endurance fondamentale jusqu’à 75% de sa FCM. Au delà de 80%FCM,et jusqu’à 90%FCM (4mmol d’acide lactique/l), le coureur rentre dans le cadre de séances plus spécifiques effectuées sous forme de fractionnés, visant à développer ses aptitudes pour un type d’épreuve. Il s’agit donc de l’endurance active, encore appelée séance au seuil ou séance à allure spécifique pour le marathon (couru à 80-85% de la FCM) et le semi marathon 90% de la FCM). Les allures en endurance active s’accompagnent d’une production d’acide lactique, certes pas encore trop gênante, mais plus conséquente qu’en endurance fondamentale.

Dans la pratique

L’endurance fondamentale est incontournable pour un entraînement efficace. Sans elle, pas de progrès. Rien n’empêche le coureur de choisir des allures inférieures à 75% de la FCM. En endurance, l’allure n’est jamais trop lente mais souvent trop rapide. En adoptant des allures de courses comprises entre 60% et 75% de la FCM pour les séances d’endurance fondamentale, le coureur évite tout risque d’erreur.

Dans le cadre des séances d’endurance, le repère utilisé est la FC. Il est difficile de contrôler ses allures à partir de vitesse de course. Trop d’éléments extérieurs et internes peuvent rendre néfaste l’utilisation d’une vitesse ‘’repère’’: les cotes, le vent, la chaleur, la fatigue,…..

Paradoxalement, courir à ces faibles intensités n’est pas aisé au départ. Le coureur ne ressent pas de sensations agréables. Il a le sentiment de devoir se freiner continuellement.
Mais au fil des séances, en conservant cette faible intensité, le coureur retrouve petit à petit sa vitesse de course normale tout en étant plus économique. De plus, les progrès réalisés à intensité faible se répercutent au niveau de ses autres allures de course.
Ce travail est fastidieux et demande beaucoup de patiente. Il faut accepter de courir moins vite, quitte à avoir l’impression de régresser au départ. Mais aucune inquiétude, ce n’est que passager.

L’endurance fondamentale chez le débutant

L’endurance fondamentale représente la totalité du volume de travail. Le débutant a tout intérêt de rester entre 65% et 70% de sa FCM. Pour lui, l’objectif n’est pas de courir plus vite, mais de tenir de plus en plus longtemps.

L’endurance fondamentale chez le jogger

L’endurance fondamentale représente la quasi-totalité de l’entraînement. Le jogger recherche avant tout une sensation de bien être. Pour lui, la course à pied ne doit pas être source de fatigue excessive. Il coure donc entre 65% et 75%FCM, et de temps en temps jusqu’à 80%FCM. A cette allure, l’organisme utilise beaucoup les lipides comme source énergétique. Certains auteurs la nomment également endurance ’’lipidique’’. L’endurance, associée à une hygiène alimentaire appropriée, contribue donc à la perte de poids.

L’endurance chez le coureur confirmé

L’endurance fondamentale est omniprésente dans l’entraînement du coureur.

A - A l’échauffement

Elle est utilisée pour permettre à l’organisme de monter progressivement en ‘’puissance’’ et de faire face aux exigences imposées par la séance.
L’échauffement débute par des intensités d’efforts situées entre 60% et 65% de le FCM pour finir à 75% de la FCM.
La durée de l’échauffement en endurance fondamentale dure de 20mn à 30mn selon le type de séance qui suit.

B - Durant la séance

Dans un grand nombre de séances, la récupération doit être active. Le coureur ne doit pas s’arrêter totalement. Soit il effectue de la marche rapide, soit il trottine.
Ainsi, le coureur facilite l’élimination de l’acide lactique présent dans le sang. Plus l’allure est lente plus la quantité éliminer est grande.

C - Après la séance (le retour au calme)

5’ à 10’ d’endurance fondamentale sont préconisées après une séance d’entraînement éprouvante.
Elle permet une meilleure élimination des déchets produits par le muscle durant l’effort, facilitant ainsi la récupération.

D - Les footings d’assimilation

Voir séance d’endurance
Ils sont intercalés soit entre 2 séances très éprouvantes, soit lors de périodes de récupération en fin de programme d’entraînement ou en fin de cycles de travail. Le but de ces footings est d’assurer la continuité dans l’entraînement tout en permettant à l’organisme de s’adapter et de développer de nouvelles aptitudes. Sans ses footings,le coureur arrive très vite à une situation de surentraînement avec pour résultat fatigue et blessures. Lors de ses footings le coureur doit impérativement respecter une allure comprise entre 65% et 75% de la FCM. Leur durée est comprise entre 40’ et 1h.

NB: A l’inverse un entraînement qui laisse trop de recupération entre deux séances n’amènent pas l’organisme à s’adapter et donc à progresser.

E - La sortie longue

Son objectif est double:
- Maintenir son allure de course alors que le coureur est déjà fatigué musculairement par une heure d’effort.
- Maintenir le rythme alors que les stocks de glycogène sont entamés, pour que les lipides prennent une part encore plus prépondérante dans l’apport d’énergie pour le muscle.

La sortie longue permet à l’organisme de s’habituer à puiser dans les réserves de lipides en préservant ainsi davantage ses réserves de glycogène. La durée des sorties longues est comprise entre 1H15 pour le coureur de 10km jusqu’à 2H00-2H15 pour les marathoniens. Dans la sortie longue, il est possible d’inclure des périodes légèrement plus rapides (jusqu’à 85%FCM pour le 10km et semi marathon et 80%FCM pour le marathon). Mais durant tout le reste du temps, la FC ne doit pas dépasser 75% de la FCM. Ce n’est pas la vitesse, mais la durée de la sortie qui compte.

OVERSTIM.s – La nutrition sportive à hautes performances

Gilles Dorval

Article écrit par Gilles Dorval
Créateur du site Conseils-courseapied.com
Entraîneur course hors stade 3eme degré FFA
Gillesdorval.com
Sur Youtube
Sur Facebook

  • Invité - Olaf

    Bonjour Gilles .
    Après avoir lu votre article sur l'endurance fondamentale, j'ai décidé de m'y mettre sur vos conseils ainsi que sur ceux d un ami qui me vante ses progrès dans le temps ...
    Une question me survient tout de même . je suis dans l optique d'essayer de perdre quelques kilos ...pour la course a pied mais surtout pour l'escalade . je fais 67 kg pour 1m78 ...deux trois kilos en moins serait top...alors après avoir lu un magazine de course a pied , mardi je fais une séance de fractionné avec 2 fois 10 fois 30/30 ...et je n ai mangé aucun glucide jusqu'à mercredi après midi puis je suis parti faire une sortie plus longue ... il y avait de la chaleur ... Est ce normal , que si normalement à 70% de ma Fcmax je suis censé être a 153 pulses , ce jour la je ne pouvait pas courir sous peine de voir mon rythme monter en flèche a parfois 170 ...
    J 'étais alors obligé de marcher rapidement ...
    Quand je compare le rythme de mon ami qui pour moins de pulses minutes cours plus vite que moi , je me pose des questions ...
    Combien de temps pensez vous qu il faille se donner pour voir un vrai résultat avec l endurance fondamentale ?
    Merci pour votre réponse et merci pour votre site , une véritable bible du coureur!

    Dernière édition du commentaire il y a environ 1 mois par gilles
    Raccourci URL:
  • En réponse à: Invité - Olaf

    Bonjour Olaf,
    La course à pied à elle seule ne fait pas maigrir, mais bonne nouvelle, elle y contribue pleinement. Pour cela il ne faut pas raisonner non pas sur une semaine mais sur plusieurs mois..Donc inutile de t'astreindre à un régime sans glucide au risque de connaitre de grave défaillance lors de tes séances.
    Au niveau de ta fréquence cardiaque, il est parfaitement logique que celle-ci soit plus haute quand il fait chaud. Dans ce cas là, autorise-toi à monter un peu plus haut (80%FCM), tout en restant évidemment en totale aisance respiratoire.
    Concernant la différence de FC d'un coureur à l'autre, cela ne préjuge en rien du niveau de performance au final. Un coureur avec une FC max très haute peut être très performant en course à pied. Et vice versa...
    Concernant ta question sur le délai à attendre pour obtenir des résultats, au bout de 2-3 mois, tu vas voir ta vitesse augmenter pour une même FC ;)

    Dernière édition du commentaire il y a environ 1 mois par gilles
    Raccourci URL:
  • Invité - Jeremie

    Super site et plein de bon conseils Merci !

    Dernière édition du commentaire il y a environ 1 mois par gilles
    Raccourci URL:
  • Invité - Pierre

    Bonjour
    Je me présente Pierre 38 ans 1m79 86kg
    J'ai arrêté de courir il y a 2ans suite a de nombreuses lombalgies récurrentes et contractures dorsales et cervicales...
    Je m'y suis remis il y a peu en adoptant une foulée mediopied... puis en lisant beaucoup de précieux conseils ici entre autre.
    En endurance fondamentale je suis a environ 7.5 voir 8km/h
    Je dois m'en tenir à ce rythme pour bien rester a 75% de ma FCM, Ce n'est pas évident... J'ai toujours tendance à aller un peu plus vite.

    Ma question:
    Est ce qu'au fur et à mesure je pourrais augmenter ma vitesse et reste a 75% de ma FCM?
    Je pense que oui, vu que mon cœur sera entrainé et plus fort, meilleur éjection de sang etc...mais je préfère vous demander car j'ai hâte de pouvoir courir un peu plus vite en EF en restant a 75%.
    A l'heure actuelle j'en suis a 6 séances. Début le 5 novembre.
    Dans combien de temps a peu prés mon cœur sera suffisamment exercé pour que je puisse augmente ma vitesse en EF?
    Merci

    Dernière édition du commentaire il y a environ 2 semaines par gilles
    Raccourci URL:
  • En réponse à: Invité - Pierre

    Lors des footings en endurance fondamentale, seul le niveau de fréquence cardiaque compte. Continuez à bien respecter les 65-75% de votre FCM, même si vous avez l'impression de vous trainer.
    Dans un mois, quand vous aurez acquis un bon niveau d'endurance, vous pourrez commencer à introduire de travail de fractionné à allure modérée en suivant le plan finir un 10km avec 2 séances par semaine.
    Ce travail de fractionné va vous permettre de solliciter d'autres secteurs de la filière aérobie et de gagner en aisance dans vos footings.
    C'est la combinaison des différentes allures à l'entrainement qui va réellement vous faire progresser en course à pied.
    Ne jamais perdre de vue que la course à pied est avant tout l'école de la patience:(

    Raccourci URL:
  • Invité - Pierre

    Bonsoir gilles
    Merci beaucoup pour la réponse complète et rapide.
    J'en prends bonne note.
    En EF c'est possible de flirter avec les 78% max?
    Car c'est pas évident les 75% tout le temps...

    Dernière édition du commentaire il y a environ 1 semaine par gilles
    Raccourci URL:
  • En réponse à: Invité - Pierre

    En effet il n'est pas toujours facile au début de rester à 75% de la FCM.
    Mais on s'habitue vite à courir lentement ;-)

    Raccourci URL:
  • Invité - Pierre

    j'ai pas précisé que mon parcours est compose de pas mal de faux plat... du coup je monte vite niveau FC.
    mais aujourd’hui 1ere sortie longue avec ma polar m400, 1h15 à 75% de fcm en moyenne.
    c’était plus facile car mon parcours du jour était bcp plus régulier et plat... avec du Bob Marley dans les oreilles on se presse pas lol ca aide aussi.
    Content de ma séance du jour
    merci encore !

    Raccourci URL:

Écrire un commentaire en tant qu'invité

0 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir plus de 5 caractères

OVERSTIM.s – La nutrition sportive à hautes performances

Nos partenaires

Boutique marathon

OVERSTIM.s – La nutrition sportive à hautes performances

Magazine Zatopek

OVERSTIM.s – La nutrition sportive à hautes performances

partager

Votre Coaching Pro

Courir360

Courir360

Migration Joomla effectuée par HOB France Services